Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Juil 3, 2018 in À la une, électronique/Numérique | 0 comments

Bilan Service civique Vincent / 2018

Bilan Service civique Vincent / 2018

Le présent texte a pour but de développer les apports qu’à pu me donner cette expérience de service civique de huit mois au sein du Centre social de Chemillé, et plus particulièrement au Boc@l (d’Octobre 2017 à Juin 2018).

Création de rangements pour le FabLab

Je suis arrivé ici sans trop d’attentes particulières, si ce n’est continuer à expérimenter la vie quotidienne d’un espace de type fablab. Sortant de cinq années d’école d’ingénieur, j’avais certes effectué des stages, mais j’étais en demande de réalisations vraiment concrètes. Sur ce plan là, la mission a été largement respectée puisque j’ai passé le plus clair (voire l’intégralité) de mon temps dans l’atelier de fabrication qu’est le Boc@l. J’ai donc pu me familiariser avec les machines et les différents outils, au travers de projets divers. Ces projets étaient bénéfiques pour le lieu une fois finis, et m’apportaient des connaissances pendant leur réalisation. J’ai donc pu me forger une base solide de notions vis-à-vis de l’utilisation de tous ces équipements : découpe laser, défonceuse, meuleuse, machine à coudre, imprimante 3D, fraiseuse,… Non seulement je sais aujourd’hui mieux les utiliser, mais j’ai également développer des compétences d’entretien et réparation de ces outils. J’ai également pu redécouvrir et approfondir ce qu’était le quotidien d’un lieu comme celui-ci, en alternant entre les différents chantiers nécessaires à son bon fonctionnement : entretenir, améliorer, accueillir, approvisionner, animer,…

Étant souvent seul sur le lieu, j’ai pu de plus gagner en autonomie et devenir plus responsable face aux situations qui se présentaient. Lors de mes précédents stages, j’avais tendance à être plus en retrait, ou bien en observation. Cette fois-ci, j’ai vraiment pu être confronté à des projets seuls, du début à la fin. Cela permet d’acquérir de l’expérience de réflexion vis-à-vis d’une problématique, mais aussi de gagner en confiance en soi, en se rendant compte qu’on est capable de mener une tâche d’un bout à l’autre. En étant confronté aux projets très disparates des gens passant à l’atelier, je pense qu’on acquiert petit à petit une forme de maturité par rapport au monde qui nous entoure ; cela aide, en tous cas, à multiplier les regards extérieurs. Cette variété de projets n’a, quoi qu’il en soit, pas encore étanché ma soif de curiosité sur les possibles d’un espace comme le Boc@l !

Apprentissage de la couture au FabLab !! Pour un sac à tarte zéro déchet

Par ailleurs, cette expérience m’a permis d’élargir de manière conséquente mon réseau. Outre le nombre de personnes assez impressionnant qui gravitent autour du Centre Social, j’ai également pu aller découvrir une autre structure (zBis), ce qui m’a ouvert les portes à de riches rencontres bénéfiques sur bien des points. Autant de rencontres favorise aussi le développement de la communication sous toutes ses formes, compétence qui n’est pas la plus solide chez moi, et que j’ai pu endurcir grâce à ça.

Si j’avais à refaire ce service civique, j’agirais probablement différemment sur quelques points. Je trouve que, même si c’est un peu dans ma nature, je suis parfois resté un peu de mon côté dans le lieu. J’avais certes pour objectif d’approfondir sur les machines et de passer du temps dessus, mais j’ai un peu négligé la partie pédagogique d’un tel espace. J’aurais aimé développer plus d’ateliers thématiques, car je me rends compte que c’est souvent ça qui aide à faire venir les gens. Je me forcerais également à faire plus de chantiers que je rechigne un peu à faire. Le double tranchant d’un lieu comme le Boc@l, c’est qu’il y a tellement de potentielles choses différentes à faire, qu’on peut presque toujours s’arranger pour repousser celles dont on ne veut pas !

Même si je me doutais que la culture de partage et de faire commun du Boc@l et plus largement du Centre Social me conviendraient, j’ai été ravi de pouvoir m’en imprégner pendant ces huit mois pour pouvoir, je l’espère, la diffuser à l’avenir.

Vincent Dupré

Post a Reply